AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures ici ! 32
L'EVENT Part 2 est ouvert ! ici ! ♥️
Pour toutes inscriptions sous le groupe druide ou banshee, un pack de 40 points rp vous sera offert ♥️

Partagez | 
 

 The time of apologize ♣ Sterek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: The time of apologize ♣ Sterek   Lun 30 Sep - 17:14


The time of apologize

Calmement mon regard se promenait sur la structure de l'entrepôt, un regard nostalgique de cet ancien temps où quelques rires résonnaient en ces lieux, où un certain alpha aigri grognait bien souvent et où son oncle s'esclaffait avec sarcasme face à une bande d'adolescents bien agités. Bien souvent j'avais entendu que vivre dans le passé n'amenait à rien. Personnellement ça me permettait d'avancer dans un monde redevenu bien terne à mes yeux car à quoi bon vivre dans un monde sans un grain de folie. Je me sortis de mon éternelle Jeep que je verrouillais d'un mouvement de poignet avant de rabattre la capuche de mon sweat sur ma tête. Mes pas résonnaient sur le goudron de la rue et déjà je sentais le soleil décliné dans mon dos petit à petit. J'aimais l'automne bien que les jours était plus courts. J'aimais l'automne car le vent jouait sa mélodie apaisante, car les feuilles jaunies et tombées tourbillonnaient dans une danse frénétique. J'aimais l'automne et ses jours de pluie, battant contre les carreaux d'une vitre me créant une bulle sécurisante. J'aimais l'automne et ces jours passés, à jouer et à cuisiner auprès de ma mère indifférent à ce temps qui nous retenait à la maison.

Dans un tintement je sortis un trousseau de clé déverrouillant le loquet avant d'ouvrir avec force la porte que je refermais derrière moi. Mon regard se figeait sur les particules de poussière dansant au sein d'un trait de lumière. L'odeur demeurait et les souvenirs revenaient. Doucement un noeud se formait à la base de mon estomac et une boule remontait dans ma gorge. Je me fis force pour retenir la vague de tristesse qui menaçait de s'emparer de mon être. J'avais l’impression de visiter les vestiges d'une autre vie, d'une vie bien trop courte où enfin j'avais trouvé ma place. La solitude m'avais accueillie à bras ouverte, telle une fidèle soeur au sein de cette année. Je l'avais déjà connue avant Scott mais enfant sait on vraiment de quoi il en retourne ? Je ne crois pas mais aujourd'hui je sais, j'en souffrais. Mes doigts se promenèrent sur une poutre, me remémorant quelques rencontre brutales avec celle-ci. Mes yeux s'étaient fermés, alors que je le revoyais et de ce souvenir naquis la colère, la colère face à l'abandon. Je repris mon chemin habituel. Voilà une année que chaque jour je venais ici et au manoir, l'espoir s'était envolé seul la nécessité de se souvenir était demeurée. Peter lui même avait respecté mon rituel, m'offrant même les clés d'accès à ces sanctuaires. J'étais seul toujours seul, Scott avait bien à faire en temps que nouvel alpha, et invariablement la fin du lycée avait marqué un éloignement décisif. Une année écarté de la meute, une année à regretter.

J'ouvris une seconde porte mais je me stoppais dans ma foulée écarquillant mes yeux face à un sac posé alors que mon coeur s'emballait. Je me pinçais, non je ne rêvais pas et précipitamment je m'accroupissais vers ce sac. Alors que je m'apprêtais à faire glisser la fermeture, un bruit de voiture me fis stopper. Au son j'aurais reconnu entre mille sa Camaro et pourtant je me redressais n'osant me présenter. J'attrapais une barre métallique entreposée, pour m'en servir au cas où en arme improvisée avant de me glisser dans l'ombre de l’entrepôt, derrière un gros pilier bien décidé à vérifier si mon intuition était exacte. Je forçais alors ma respiration à s'apaiser fermant les yeux pour davantage me concentrer. Je n'osais faire le point sur la tempête qui déjà rugissait en moi.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: The time of apologize ♣ Sterek   Jeu 3 Oct - 17:39

I'm miss you
le problème avec la solitude, c'est que nous sommes persuadés d'être les seuls à en souffrir. et ainsi, personne n'apprend, personne n'aspire, personne n'enseigne ... à supporter la solitude.
Est-ce qu’il pense à moi ce soir ? Je parle dans le silence, le silence oppressant qui ne me quitte plus. Je le sens. Il m’étouffe tout le temps. Je manque d’air mais je continue à survivre dans cette vie qui était devenue mon enfer. Mais je continue à faire semblant de continuer à vivre, seulement pour ma sœur. Je ne veux pas qu’elle se retrouve seule comme j’ai été seul et rongé par ce sentiment si humain que l’on nomme la culpabilité. Je rêvais réveillé. Ce n’était pas l’idéal de s’éloigné. Je le savais pertinemment. Mais ça faisait mal, à l’intérieur. Juste dans ma cage thoracique. Ce que les Humains appelaient le cœur. Ce foutu cœur que l’on m’avait arraché bien trop récemment pour que j’essaie de repenser à un souvenir qui semble plaisant en apparence mais qui en révèle une multitude d’autres négatifs et qui font mal. Le verre vide devant moi me rappelle que j’en étais à mon cinquième verre. La feuille vierge devant moi me rappelle que j’en étais à zéro mot écrit sur ce papier que j’avais envie de froisser de mes mains rigides et trempées dans le sang que j’avais déjà versé. Mon regard se posait ainsi sur ces mains et avec plus d’attention je les observais. Elles avaient agrippé, fort, doucement, tendrement, férocement, bestialement, amoureusement. Elles avaient versé du sang, elles en avaient ramassé. Elles avaient donné la vie puis l’avaient arraché. Je les cachais brusquement quand la porte de ma chambre de substitue comme si elles n’étaient pas à montrer. Qu’elles n’avaient pas leurs places ici. « Il faut partir Derek. C’est l’heure. Les propriétaires sont là. » Ah ouais. Foutu propriétaires. Si j’avais encore cette indifférence pour le sang que je versais, je les aurais fait taire et j’aurais séjourné plus longtemps encore dans ce petit studio. Sauf que non. Les choses avaient changé. J’avais changé avec et je ne verserais plus jamais du sang.

Laissant un long soupire sortir de mes lèvres désespérément scellées, je me redressais pour aller prendre ma valise et suivre Cora jusqu’à ma camero. Mes songes étaient douloureuses. Je repensais à tout ce que j’avais fait il y a un an de cela. Fermant les yeux, je prenais place sur le siège passager, laissant le loisir à Cora de conduire. Je ne pouvais pas prendre le volant. Sinon je n’aurais jamais pu démarrer. Revenir me faisait peur. Pour la première fois depuis bien longtemps, le grand Derek Hale avait peur.


***


« Cette maison est encore plus froide et macabre qu’à notre départ … » Soufflait Cora en ouvrant la porte, manquant de peu de la décrocher. Cette maison pouvait être macabre et limite lugubre mais pour moi elle restera cette maison où j’ai été éduqué. Où j’ai eu ma première transformation, ma première peine, ma première joie, mes nombreuses crises de colère. C’est aussi ici que se sont passés des choses. Autant belles que mauvaises.  Mais il y avait bien plus de souvenirs négatifs. La mort de mes parents. La mort de ma famille. La naissance de monstre. La torture de certains. La joie d’autre, malsaine et perverse. Non, je ne devais pas déjà pensé à ça. Sauf qu’une petite voix dans mon subconscient me soufflait que j’y penserais toujours, que je vivrais avec toute ma vie. Dans un grognement sourd, je montais les escaliers pour ouvrir la porte de ma chambre. Je dévisageais les poussières qui étaient volaient sur le plancher. Mon lit était défait, exactement comme je l’avais laissé il y a un an de cela. Prenant place à mon bureau, j’ouvris la fenêtre pour y voir un peu à défaut d’avoir l’électricité et je ressortis la feuille que j’avais maltraitée pendant de long mois. C’était une idée de Cora à la base. Elle m’avait balancé un jour alors que je fulminais dans mes songes d’écrire mes maux sur une feuille. Que ça pouvait m’empêcher de faire chauffer toute la pièce avec toute l’énergie que je dépensais à tourner en rond. Alors j’avais essayé. Encore. Encore. Et encore. Mais je n’y arrivais pas. Dès que je commençais une phrase, je la relisais et finissais pas la barrer. C’est ainsi que je me retrouvais avec que des traits sur ma feuille. Je devais marquer mes tourments sur une feuille sauf que je savais que ces derniers n’avaient pas leurs places sur une vulgaire feuille de papier. Ils devaient être dis et pas autrement. Avec des mots. Seulement avec des mots. N’arrivant à rien une nouvelle fois sans même en être étonné, je me levais et descendis, mettant ma veste sur mon dos et pris les clefs de ma voiture : « Je vais chercher de quoi manger ce soir. » Et sans chercher à entendre ce qu’elle voulut répliquer, je sortais. Pourtant j’entendu parfaitement sa réponse : « Je suis traitée comme une reine ! » Cela ne valut qu’un roulement d’œil de ma part. Stupide sœur. Par moment, elle me rappelait quelqu’un. Une personne que j’essayais d’oublié depuis un an et qui pourtant, hantait toujours autant mes pensées. Grognant à cette pensée, ne désirant pas m’aventurer sur ce sujet avec ma conscience, je démarrais pour aller au centre commercial le plus proche.

Une pizza. Ou bien des raviolis. Ou alors des haricots verts. C’était ridicule de vois que moi, ancien Alpha, j’en étais réduis à chercher ce que j’allais manger ce soir. Dans un passé lointain, je me saurais sûrement casser la tête en cherchant une solution contre une menace dangereuse qui planait autour de la ville. Mais c’était avant. Avant la promesse à ma sœur. Je me souvenais encore de sa crise de panique le soir de pleine lune suivant notre départ. Je me souvenais des mots qu’elle criait. " Je ne veux plus de cette vie ! " Je me souvenais parfaitement de l’avoir serré dans mes bras et d’avoir levé mes yeux vers le miroir qui nous reflétait tous les deux. Mes iris bleutée me transperçaient, me faisait souffrir. Je les détestais. Je me souvenais mettre pencher à son oreille en la berçant et lui avoir promis entre deux paroles rassurantes : «   Il n’y aura plus de sang versé. Plus de griffes ou de crocs anormaux. Tu auras une vie normale. Je le promets Cora. Je le promets petite sœur … » Pour sceller ce pacte, j’avais échangé ma main ensanglantée dans la sienne et l’avait gardé dans mes bras jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Baissant la tête, je me souvenais parfaitement de cette scène et elle me faisait souffrir toujours autant. Prenant une sorte d’omelette froide qui n’avait pas besoin de réchauffé, je payais à la caisse avant de remonter dans ma Camero, démarrant rapidement vers chez moi. Je n’aimais pas la population, préférant la solitude. Me garant devant la Hale’s Home, je pris mes courses et me dépêchais de rentrer. Je voyais Cora se réveillée, sûrement réveillée par ma venue mais au moment où elle allait prendre la parole, je l’arrêtais d’un mouvement de la main. Une odeur. Une présence. Il y avait quelqu’un ici. Lançant un regard inquiet vers ma petite sœur, je lui ordonnais de prendre ma voiture avec le plat pendant que je m’occuperais de l’opportun. Je ne voulais pas qu’il lui arrive quelque chose. Je voyais qu’elle allait répliquer quelque chose mais je la coupais, la poussant à l’extérieur. Suivant l’odeur avec un peu de difficulté, je me retrouvais inhabitué à utiliser mes capacités lycanniennes. Je ne savais pas exactement où était l’humain -car l’odeur me faisait dire que ce n’était qu’un humain- mais je le savais dans cette pièce. Ma voix, roque, menaçante et froide, claquait dans l’air : « Où te caches-tu ? Ton odeur te trahis. Tu as une seconde pour sortir, où je ne promets plus ta survie. » Je tutoyais l’individu, le défiant ainsi par mon manque de respect. Prêt à tout combat, je ne m’étais même pas rendu compte que cette odeur que j’avais reniflé tant de fois m’étais bien plus que familière … Elle m’avait été essentielle …
(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: The time of apologize ♣ Sterek   Dim 6 Oct - 10:00


The time of apologize

C'était presque iréel, presque inconcevable. Néanmoins je me sentais plus vivant que jamais depuis une année entière. Vous savez on vous dit qu'à la perte d'un être cher la douleur finissait pas s'atténuée qui fallait laisser le temps panser vos plaies et guérir vos blessures. En vrai le temps n'avait jamais su me guérir, en réalité chaque jours passés devenait un fardeau supplémentaire. Néanmoins lorsque vous alliez vers les gens et que l'on vous posait la question fatidique de "Comment ça va" vous n'aviez pas d'autres choix que de vous forcez à sourire et de répondre que tout allait bien. En réalité les gens ne s'attendaient strictement pas à ce que vous vous épanchiez sur vos problèmes, en réalités les gens s'en foutaient complètement. Alors tout n'était basé que sur des faux semblants. Moi Stiles Stilinski j'étais censé être le hyperactif, toujours la blague prête à sortir aux yeux des gens. En réalité j'étais Stiles Stilinski, profondément meurtri et qui depuis une année survivait plus qu'il ne vivait réellement. Il y avait eu un gros haut, un haut ayant duré un année complète, il y avait bien eu quelqu'un qui avait su panser mes plaies parce que lui même c'éait heurté à la perte d'être cher. Quelqu'un qui m'avais fait rencontré des murs et même parfois mon volant, quelqu'un qui avait beau me traiter d'humain stupide que dans le fond je savais qu'il me laisserait pas tomber en dépit de tout. Enfin ça je le croyais, parce qu'en réalité il fut celui avait précipité ma chute dans ce gouffre prénommé solitude et que ce maudis loup avait réouvert encore plus béantes ces plaies se trouvant à la base de mon coeur. Je n'étais alors à l'heure actuelle que colère et reproche. Je n'tais plus qu'incertitudes et blessures, je ne savais plus moi même qui j'étais en réalité.

Je me figeais à la mesure que les pas se faisait plus proche, les battements de mon coeur semblaient se joindre en rythme à ce martèlement sur le sol en béton de l’entrepôt. Ma prise se raffermissait sur ma longue barre métallique retrouvant les préceptes enseigné par Chris durant cette année. Mes postures avaient évoluée, mon corps aussi c'était d'ailleurs rafermi et musclé, j'avais pris aussi quelques centimètres. Autrefois j'aurais redouté ce passage à l'age adulte et soit disant mature où tout enfantillage était procris mais aujourd'hui j'attendais au contraire qu'on me prenne au sérieux, j'attendais d'obtenir réponse à mes nombreuses questions sans que l'on me dise tu comprendra plus tard. J'en avais marre d'attendre, c'était le temps des réponses. Je me souvenais tant de cette question ou l'on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je disais juste vouloir être heureux. Souvent on me rétorquait que je n'avais pas comprit la question et je répondais que la personne elle n'avait rien compris à la vie. Malheureusement je n'étais parvenu encore à trouvé ce fameux bonheur si abstrait. Se fut alors presque sans surprise que je reconnu le ton de la voix. De sa voix si grave, cette voix j'aurais souhaité tant  entendre ces douze derniers mois. Je laissais une minute complète s'écouler. Puis je vins pénétrer dans la lumière, je vais me mêler à la danse de cette poussière capuche rabattue sur la tête. J'étais à la fois ombre et lumière, espoir et désespoir, vérité et mensonge. L'heure de me révélé, de me libérer de toutes ces chaines qui m'accablaient étaient venues et ceci allait débuter avec Derek Hale.

Pieds écartés, ancrés au sol, fort de ma certitude je paraissais confiant. Pour la première depuis des mois je savais que faire et que dire. Je vins avec calme ôter mon capuchon, dénudant ma tête et faisant la lumière sur mon identité. Tête haute et d'un regard de glace je détaillais le loup face à moi. La barre ne me quittait pas, au contraire bien en main je l'avais posée sur mon épaule alors que pour la première j'osais me faire dominant devant celui qui fut autrefois Alpha. Un rire sans joie s'échappait de mes lèvres "Ma survie ceci fait une année complète qu'elle est en jeu et que je me débrouille seul pour la conserver. Alors pour la tentative vaine qui consiste à m'effrayer vous pouvez vous brossez". Je fis quelques pas ne le quittant pas du regard comme avec la peur que encore une fois il s'envolerait sans un mot. La douleur était présente. Je laissais traîner la barre au sol qui me suivant dans un tintement métallique et un raclement au sol avant de me stopper prêt d'une large fenêtre avec cette envie de la pulvériser. Néanmoins je me retins et reprit de nouveau la parole "Je suis pas apte à laisser pénétrer des étrangers dans cette enceinte alors je crois qu'il va falloir sortir parce que voyez vous l'homme qui habitait autrefois ici était une personne loyale, peut-être aigri soit mais qui assumait ses actes. Jamais il n'aurait abandonner, jamais et ce malgré les nombreux combats qu'on a eu à affronter. Alors je le répète il va falloir sortir d'ici parce que vous n'êtes pas cet homme, la ressemblance à beau être physique le reste n'y est pas, surtout pas quand on se permet de fuir comme un lâche, sans un mot" ma voix se fit alors plus claquante et autoritaire "Sortez d'ici !"

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: The time of apologize ♣ Sterek   Mer 23 Oct - 18:46

I'm miss you



Shtoum (c)



Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: The time of apologize ♣ Sterek   Ven 25 Oct - 17:28


I can't tell you, i can't love you





Shtoum (c)



Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: The time of apologize ♣ Sterek   Dim 27 Oct - 19:56

RP TERMINE. ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The time of apologize ♣ Sterek   

Revenir en haut Aller en bas
 
The time of apologize ♣ Sterek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Les access prime-time
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» Coup de coeur horloger ou choix raisonné : Lange Time Zone, Journe Chrono Souverain, IWC Perpetual Calendar ou Réserve Auto Noire ?
» [SOFT] TIME OF DEATH : Calculer le temps restant avant la fin du monde 2012 [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RED MOON • rpg tw :: Derek-
Sauter vers: