AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures ici ! 32
L'EVENT Part 2 est ouvert ! ici ! ♥️
Pour toutes inscriptions sous le groupe druide ou banshee, un pack de 40 points rp vous sera offert ♥️

Partagez | 
 

 peace hasn't place in the darkness Ψ sterek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Jeu 9 Jan - 8:08


dream has exceeded reality




Le cauchemar s’installait dans le rêve, prenait le contrôle de son ennemi éternel pour transformer, déformer cette réalité inexistante et en faire ce qu’il en voulait. Imprimer la peur dans les pores de sa victime était sa façon de jouir de sa réussite. Entendre sa victime geindre était sa façon de se nourrir pour vivre. La voir se débattre contre lui alors qu’il décide seul le moment où il partirait était une façon de s’affirmer maître du jeu sur le rêve qui se pliait seulement à sa volonté. Mais lorsque sa victime appelle elle-même les cauchemars à elle, qu’elle les attire jusqu’à la porte entrouverte de son esprit, alors le cauchemar se faisait docile et obéissait. Tout était dans qui contrôlait qui. Il venait mais possédait toujours le contrôle de la chose. Alors quand l’un de ses mortels insignifiant l’appela avec acharnement, il se fit obéissant et recouvrit de ses longs bras noirs le jeune homme qui attendait son arrivé avec impatience. L’irréel pris le pas sur le réel et les murs de sa chambre tremblèrent, vacillant avant que le décor du cauchemar fut posé. Le jeune mortel dormait encore dans un rêve des plus calmes alors que le cauchemar se préparait à son levé de rideau. Le cauchemar prit une forme plus humaine, plus masculin et dans un tourbillon de noirceur, il prit les traits d’une personne que sa victime appréciait plus que nécessaire. Revêtant cette éternelle veste en cuir noir que portait la plupart du temps cet Hale, il prit le temps de s’observer dans un des miroirs avant de s’asseoir sur la chaise du bureau de Stiles. Tout était dans la mise en scène et la participation de sa victime. Le spectacle pouvait commencer, les rideaux pouvaient être levés. Le sommeil de sa victime s’agitait rapidement, se troublant avant de s’enfuir, laissant ainsi le loisir à l’humain de se réveillé. Derek l’observait de son regard céladon alors qu’il attendait juste que Stiles ne le remarque. Il avait besoin de son attention. Le cauchemar avait besoin de la totale attention de sa victime pour pouvoir jouir de ses terreurs.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Jeu 9 Jan - 8:33


dream has exceeded reality




Les rêves, chaque nuit nous ne pouvions leur échapper, moyen de faire redescendre la pression d'une journée. Certains rêvaient d'étendue de sable, d'une île paradisiaque et affectionnait de ne plus se réveiller. D'autres voyaient des désirs multiples s'accomplir mais un adolescent au contraire redoutait ce moment. Moi. Cela aurait put te paraître stupide, tu pourrais te dire pourquoi est-ce que je fuis ainsi le sommeil, pourquoi fuir des images irréelles. Tu sais c'était bien ça le problème, savoir où se situait cette mince frontière, dissociant l'imaginaire de notre. Tu sais lorsque moi je croyais me réveiller j'ignorais dans quel monde j'évoluais. Un peu à l’instar de ce film où les héros s'enfoncent dans les rêves, à la différence près que je n'avais aucun totem pour me situer. J'avais beau me secouer, me pincer, je perdais pied. Rien ni personne pouvait me sauver et inlassablement lorsque les ténèbres prenaient place dans le ciel, je me retrouvais à traverser cette frontière qui un jour courrait à ma perte.  Je hurlais dans cet lit, pleurait, suppliait mais tu sais même toi tu ne pouvais me sauver. De nouveau en cette nuit je me sentais sombrer, et de nouveau cette nuit mon corps réagissait se couvrant d'une mince pellicule de sueur, alors que mon coeur jouait au montagne russe. Un claquement de doigt et je me redressais dans mon lit mais cette fois tu sais j'avais un moyen de repaire. Promenant mon regard autour de moi je ne parvenais à lire et ceci signifiait que j'étais encore l'esclave d'une nuit du Nemeton. Cependant cette fois tu sais, la sensation était différente, je le sentais je me devais d'avancer et d'explorer. Peu sur je me redressais, m'approchant de cette porte entrebâillée et se fut à cet instant que le décor s'évaporait. Se fut là où se situait tout mon trouble car cette fois l'action prenait lieu dans la même pièce, ma chambre. Mais tu le sais je le sentais, son regard et sans un mot je me retournais. Son image me frappait, me heurtait alors que je me tenais devant lui en simple pyjama, pieds nus. Derek... Ma voix avait soufflée son nom dans un murmure. J'étouffais, mon coeur s'accélérerais, cette nuit c'était quitte ou double. Va savoir comment je le savais, c'était juste inscrit dans mes tripes à force je ne posais plus de question. Toujours égal à lui même, assit sur cette chaise cela suffisait à ma peine, à ma torture. Pour une fois j'avais un interlocuteur matériel. Qu'est-ce que tu me veux ?




Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Jeu 9 Jan - 17:33


dream has exceeded reality




Ne pas prendre son due tout de suite. Le faire attendre était encore mieux. Le faire patienter de faire languir pour qu’il soit encore meilleur, pour son plaisir malsain. Puis, il avait tout son temps, la nuit était à lui comme ce jeune homme à la peau parsemé de grains de beauté. Et il avait une envie des plus lugubre de passer sa langue sur chacune de ces tâches, les compter par la suite. Il imaginait même la localisation des grains de beauté qui étaient cachés sous cet affreux pyjama. Un t-shirt informe qui cachait injustement le corps légèrement sculpté de l’adolescent. Et un pantalon des plus moches. Sur le visage du loup, une grimace tordit ses lèvres un instant alors qu’il regardait, dévisageant avec insistance le pyjama qui lui abimait la rétine. Lorsque son prénom fut soufflé, il relevait son regard vers l’humain, comme pour lui assurer qu’il était là, pour de vrai devant lui. Son regard ce fit encore plus insistant quand il posait sa question. Que voulait-il ? Le faire crier, le voir souffrir, l’entendre le supplier. Ces choses et d’autres. Mais ne pas le lui révéler maintenant. Il fallait jouer. Jouer de cette apparence et des émois de l’humain. Se redressant dans des gestes calculés et lents où en sortait une aura bestiale et animale. Alors qu’il s’avançait avec lenteur et langoureux, la porte derrière lui s’entrouvrît. La porte de son esprit entrebâiller était quelque chose que le cauchemar n’observait pas souvent et cela, bizarrement, l’excitait plus que normalement. Violant l’espace privé de Stiles comme il en avait l’habitude, Derek posait sa main droite sur la joue de Stiles, faisant la même chose de sa main gauche sur l’autre joue pour avoir son visage emprisonné entre ses mains. L’humain ne pouvait pas fuir. Plongeant son regard dans le sien, il approchait son visage du sien jusqu’à ce que ses lèvres ne soit qu’à une poignée de millimètre. Quand il fut sur d’avoir l’attention de Stiles, il répondit à sa question d’une voix posée et enjôleuse. Ce que je te veux ? Je te veux. Simplement et seulement toi. Tout était dans la réalisation de fantasmes de sa victime alors qu’il effleurait ces lèvres des siennes, attendant que ce soit l’humain qui se rapproche plus de lui pour sceller leurs lèvres. Je suis là. Osait-il rajouter pour que l’humain l’accepte. Et ensuite, il en profiterait et prendrait tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Jeu 9 Jan - 20:05


dream has exceeded reality




A chaque fois c'était si semblable et si différent, tu sais j'avais la réelle impression d'être le plus touché de nous trois. Peut-être était-ce parce que j'étais le maillon faible, le petit humain insignifiant. Mon esprit n'avait eu de cesse de penser, de tenter de percer ce mystère. Après tout mon truc à moi c'était ma caboche, mais à présent plus rien n'allait même mon esprit se barrait littéralement. J'avais tenté de faire passer ça à mon père sur le compte de sacrée crise de somnambulisme, mais je le sentais plus on avancerait dans le temps et lus ça empirait. A l'heure actuelle j'étais le seul du groupe à ressentir de pareille hallucination, à l'heure actuelle j'étais le seul du groupe avec qui le Nemeton prenait un réel plaisir à jouer. Pourquoi ? Parce que comme je l'ai dis quelques instants auparavant j'étais le petit humain insignifiant. Ce soir c'était l'apothéose, il avait sû me cerner, connaitre mes craintes refoulées et se servir de ma propre noirceur pour l'exploiter. Tu sais je le sentais, comme l'a dit Deaton, développant ses racines au sein même de mon esprit. La porte était ouverte et à ce rythme là je ne donnais pas cher de moi. Surtout pas en cette terrible nuit, tu sais j'aurais réellement voulu que ça soit toi... Déglutissant avec peine, la gorge sèche je le voyais s'avancer vers moi comme hypnotiser et surtout tétanisé. Sa aura m'étais à présent familière, je croyais le reconnaître en ces ombres que toutes les nuits suivaient mes gestes. Chaque mimiques, sa manière d'être, tout n'était que miroir et cela me perturbait car c'était te revoir, toi qui avait disparu depuis quelques semaines. Boom, boom,boom, le sang battait à mes tempes suite à ses provocations. Des mots, directes, frappant de plein fouet et cette manière d’enjôler. Une part de mon esprit était prête à s'abandonner, tout serait tellement plus facile mais pourtant quelque chose au fond de moi me disait de me battre. Un lien résistant, encore un part de lumière qui se battait pour survivre. Fermant les yeux pour me priver de la sens de la vue, je comptais mettre un tant soit peu d'ordre dans mon esprit fuyant la vision parfaite qu'il incarnait. Jouant de ce frôlement si tentant je m'employais à demander de nouveau. Pourquoi moi... Néanmoins mes efforts étaient presque voués à l'échec, ma main vint sans le moindre contrôle s'appuyer sur son torse si chaud. Ta chaleur m'avais toujours subjuguée au plus haut point, j'avais ces derniers temps quelques fois imaginé comment ça serait de dormir contre toi et lui m'offrais ce désir que j'avais ardemment choyé inconsciemment. Néanmoins mon esprit luttait et naturellement les mots sortaient de mes lèvres alors que mes gestes eux étaient en totale contradiction, démontrant un plaisir manifestes à toutes ces attentions pleines de luxures. Pourquoi maintenant ? Où étais tu ?




Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Ven 10 Jan - 6:42


dream has exceeded reality




Le prendre, ici et maintenant. Ne pas attendre une seconde de plus et se paitre enfin du plaisir de sa chair collée à la sienne d’une façon indécente et aguichante. Presque alléchante. C’était ce que voulait Derek, ce qu’aurait voulu de tout son être de lycanthrope pur. C’est ce que devait prendre le maître du jeu ici, pour pouvoir se nourrir par la suite des angoisses de l’humain et de ses plus belles peurs réveilles grâce à lui. Il devait coller à son personnage. S’en inspirer pour pouvoir par la suite s’en servir pour son propre plaisir, son propre bien être. L’humain ne devait avoir aucun doute. Devait y croire. La clef était qu’il y croit. Et par la suite, la créature nocturne millénaire le ferait choir. Le décor avait été posé, les acteurs étaient à leurs places, connaissant leurs rôles ou du moins le sous-entendait connaître. La main contre son torse lui fit comprendre qu’il avait déjà gagné. Même si l’humain semblait se battre pour garder un minimum de lucidité. C’était peine perdue. L’ambiance, l’atmosphère, le décor, tout, tout étaient là pour qu’il cède et ne refuse rien. Il n’était qu’un acteur de ce spectacle que dirigeait le cauchemar, aucun moyen d’avoir un contrôle sur soit entier. Un simple contrôle primaire qui leurs donnaient l’impression d’être le roi alors qu’ils n’étaient que les larbins de ce dernier. Un sourire tendre fit son apparition sur les lèvres du loup alors qu’il écoutait l’humain essayer de comprendre. L’oméga ne répondait rien, se collant simplement de tout son corps au corps de Stiles pour que chaque parcelle soit en contact. Il en lâchait même un soupire d’aise sous la douce chaleur innocente qu’émanait de l’humain. Car cela fait trop longtemps que nous attentions tous les deux. Sans lui laisser le temps de répondre, le loup entreprit de retirer ce t-shirt vraiment immonde et d’effleurer par la suite sa peau blanche du bout de ses doigts. Ce pyjama ne te va vraiment pas. Grognait-il alors qu’il scellait leurs lèvres avec fougue et bestialité. Instaurant leur premier baiser comme violent et en aucun cas doux, comme ce qui allait arrivé par la suite.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Ven 10 Jan - 16:20


dream has exceeded reality




Mon humanité, souvent vous me disiez tous que c'était justement ma force au sein de notre groupe. Ce qui me rendait unique, moi aussi tu sais je la choyais même lorsque ton oncle m'a proposé d'être mordu. J'étais sur le point d'accepter, j'aurais été comme toi et peut-être m'aurais tu enfin remarqué mais j'ai refusé car je me suis dis que de toute manière à tes yeux je demeurais être l'humain agaçant e que c'était l'une de mes seules qualités. Résultat aujourd'hui j'en payais le prix fort. Encore une fois je n'étais qu'un vulgaire jouet. Une vulgaire marionnette manipulée chaque nuit. La peur de s'endormir s’insinuant à chaque fois dans mes veines, dans tout mon être si bien que je retardais sans cesse cet ultime moment mais je ne suis qu'un humain qui se doit de dormir à un moment ou un autre. Même mon hyperactivité ne parvenais pas à m'être d'une quelconque utilité alors je me tenais là devant lui. Devant ce démon qui avais revêtu ton apparence. Le cœur palpitant et mon souffle s’accélérant. Un simple rêve, je le savais et pourtant pour une fois je ne souhaitais pas me réveiller. Je ne parvenais pas à me réveiller, les ténèbres étant au plus fort j'allais être encore l'esclave de sa volonté quelques heures encore durant tendit que la mienne luttait en mon for intérieur. Néanmoins tu sais j'étais exténué, des semaines que e me battais seul faisant face au tortures nocturnes empirant au fil du temps. Et moi qui viendrait me sauver ? Moi, celui qui s'était démené pour vous comme un diable. Ironie du sort quand justement je l'avais face à moi. Si tentant de se laisser aller. Son corps contre le mien j'exaltais, même si il n'était pas toi, lui m'offrait de ce je désirais sachant lire en moi et entrevoir ce que personne, pas même toi, n'avait su voir. Un soupire face au brasier qu'il faisait naître de par ses gestes se fit entendre. Néanmoins mon esprit en alerte m'annonçais qu'un truc clochait, il avait omis une réponse, une réponse surement importante. Ou étais-tu... Mais il avait ce don d'effacer toute volonté tu sais, un simple geste, quelques mots. Finalement j'étais si faible, comme je l'avais toujours été face à toi, si faible lorsque ses lèvres prirent possession des miennes. Si tu m'avais embrassé, j'étais presque sur que cela aurait eu le même gout et la même sensation. Bien que mon esprit s'enjoignait à ne pas y répondre, mes lèvres naturellement s'étaient entre ouvertes. Heurtant nos souffles saccadés, mêlant nos lèvres dans un vif ballet, je m'accrochais à sa veste en cuir prenant plus de plaisir que je n'osais l'imaginer et l'avouer. Le besoin d'oxygène me fis me décoller de lui et c'est peut-être sur le coup ce qui allait me sauver. Vacillant je me reculais de quelques pas, un besoin d'air frais se faisant ressentir. Je n'étais pas prêt pour ça, pas tout de suite, pas maintenant, pas comme cela. Relevant mon regard chocolat vers le sien, encore un peu essoufflé, je demeurais figé à l'observer. Où étais-tu ? Je tiens à le savoir et ne t'esquive pas. Où ?! Un truc clochait, ma conscience s'animait de nouveau. Jamais ce genre de rêve n'avait eu de portée bénéfique pour moi donc celui qui se tenait devant moi devait faire tout ceci dans un but précis. Tres vite néanmoins je me heurtais au mur derrière moi alors que j'avais attrapé de nouveau mon haut avec le besoin de m'en couvrir de nouveau sans en trouver néanmoins la force. Soupirant, je pris un ton plus doux et plus calme, un léger sourire sur mes lèvres, me rapprochant même finalement de quelques pas venant effleurer sa joue. Désolé, je suis un peu sur les nerfs ces derniers temps, avec ces histoires. Tu sais le Nemeton. On dirait qu'il m'apprécie outre mesure. Un léger rire m'échappais, volontaire. Je veux revoir tes yeux rouge.





Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Ven 10 Jan - 21:27


dream has exceeded reality




Il fallait … Il fallait se répéter. Il fallait recommencer. Car le cauchemar avait toujours les mêmes lignes de directives. Il n’allait pas changer sa façon de procéder en même temps. Dans chacune de ses interventions, dans chacun des cauchemars de ces mortels et créatures, il procédait pareil dans les grandes lignes. L’observation était la première phase. La connexion entre la victime et la personne concernée était la seconde. Le décor était la troisième. En venait ensuite la réalisation des fantasmes de sa victime. Puis la partie qu’il préférait, l’angoisse, la peur, l’effroi, les ténèbres. Il en était donc à la phase quatre. Satisfaire les besoins de sa victime, de sa proie. Il avait bien remarqué que l’humain n’était pas insensible aux charmes de ce loup-garou. Et le plus étrange était que lorsqu’il avait plongé dans cette enveloppe charnelle qui avait au final sa conscience, une part de la conscience de ce lycan enfermé dans un endroit secret, il se surprit à rencontrer ce même émoi qui animait Derek. Il y avait donc quelque chose entre eux. Mais cela n’était pas le cas. Ils étaient tout simplement ennemis. Dans la logique du cauchemar qui n’avait pas cherché à saisir la complexité de ce lien particulier qui les unissaient. Tout ce qu’il savait c’est que les deux semblaient vouloir plus de contact dans leurs rêves et qu’il allait leurs en donner. Du moins, en donner à l’humain. Le lycan était le prochain sur sa liste à subir de sa mesquinerie. Se reconcentrant sur sa proie actuelle, il la dévisageait un instant alors que celle-ci l’avait repoussé sans avoir pris la peine de reprendre les lèvres de ce loup-garou qu’il lui tendait. Arquant un sourcil en sa direction, il le dévisageait prendre peur et l’humain avait tous les droits d’avoir peur. Il se reconnaissait comme proie devant son prédateur. L’humain lui posait encore une question, il osait encore poser une question. Mais il n’en avait aucunement le droit. Il avait le droit à deux questions maximum et il en avait déjà posé une. Puis, le cauchemar n’avait pas de réponse à lui fournir. Autant lui que Derek. Ils étaient tous deux des esprits libres et ne devaient rendre de compte à personne. Un léger grognement naquit dans la gorge de l’Oméga mais se ternit rapidement quand Stiles se rapprochait de lui. Il devait avoir enfin compris. Il avait compris le but. Du moins, le but premier de ce cauchemar. Derek se permit de sourire légèrement quand l’humain s’excusait de son comportement et qu’il se fit plus tendre. Les cauchemars ne s’arrêtaient pas sur le Nemeton, ils étaient en partie envoyés par lui mais l’arbre centenaire n’était pas leur supérieur. Le lycan prit Stiles par la taille et l’allongeait sur son propre lit pour le surplomber de toute sa hauteur. Il jetait plus loin le t-shirt que s’obstinait à garder l’humain et effleurait son torse de ses lèvres très rapidement avant de relever son regard vers lui. Sous ses ordres, ses envies, les iris de Derek flashèrent de rouge avant de prendre cette couleur carmin. Profites maintenant. Tu as bien mérité cela. Lâchant un grognement bestial qui roulait dans l’air, il s’approchait de son humain pour caresser ses lèvres des siennes, attendant que l’humain débute le baiser pour commencer à profiter. Il n’y avait aucune autre option que de se laisser aller. Aucune échappatoire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Ven 10 Jan - 23:55


dream has exceeded reality




Ces règles complexes, ce n'était pas moi qui les éditaient et tu sais je commençais tout juste à les comprendre. A comprendre ce jeu dangereux auquel lui et moi nous jouions. Je savais qu'il était bien plus qu'une simple représentation de toi, je sentais que ce qui jouait là sortait de l'ordinaire. Je me devais de bien choisir mes mots, cependant je sentais aussi que je n'aurais rien sans rien. Les conséquences m'effrayaient mais l'instinct me poussait comme habituellement à ignorer le danger. Tu sais, je sais que tu aurais encore hurlé sur moi et ma probable inconscience à braver les choses sans me soucier des répercussions. Les choses étaient que j'avais été et je demeurais toujours ainsi, tout comme toi dans le fond. Regarde bien... Toi et moi n'étions pas si différents, ce sens du sacrifice pour les êtres qui nous sont chers, nous l'avions qu'importe ce que cela pouvait engendrer à notre propre encontre. Alors souvent je me suis demandé si toi et moi étions ensemble, serions nous destructeurs ? Puis je me souvenais que tu ne t’intéressais pas à moi, pas comme ça et aussitôt mes pensées se changeaient pour ne pas sentir la peine qui commençait à affluer. Seulement comment aurais tu put le savoir alors que nous évertuons à ignorer tous sentiments avec cette peur de perdre l'être cher ou d'être rejeter parce que toute notre vie ou presque nous étions des parias. Alors c'était si tentant face à lui de me laisser aller, bien que je n'ignorais pas que l'après risquait d'être douloureux. Je voulais juste pouvoir quelques secondes avoir cette image de toi m'observant comme il le faisait, avec un regard ardent, brûlant d'un désir qui semblait interdit. Allongé sur ce lit alors que ton jumeau me surplombait, j'abandonnais inconsciemment la lutte en partie, le laissant obtenir cette luxure qu'il semblait vouloir. Peut-être aurais tu été dégoûté, mais les gens m'entrevoyaient innocent, toujours. Cependant il y avait bien longtemps que ma pureté je l'avais perdue au travers toutes ces épreuves. Le Nemeton m'avais souillé et cela je le sentais à chaque battements de mon propre cœur lorsque le sien faisait écho au mien. Plongeant de nouveau mon regard au sien je réfléchissais, je savais que je me devais de choisir les mots avec parcimonie et tact. Mes questions étaient esquivées et comptée certainement alors la prochaine se devrait d'être concise et précise. Ses iris carmins indiquaient clairement que le cauchemars adoptait pour l'instant l'image que je me faisais de toi, j'essayais de me concentrer. Pourtant le fil se mes pensées se perdait lors d'un nouveau frôlement de lèvres. Reviendrait-il me voir souvent ? Je me surprenais à un peu l’espérer. J'aimais ce regard qu'il me lançait et j'en avais honte pourtant déjà mes lèvres plongeaient vers les siens dans un doux gémissement, poussé par ce grondement bestial qui émanait de lui. Il m'attirait tout autant que toi et c'était en réalité ceci qui m'effrayais le plus. Avide, je laissais ma langue taquiner ses lèvres quémandant l'accès à davantage qu'un baiser chaste. Les choses je les effectuais inconsciemment si bien que je fus surpris de servir mes mains faire glisser ses vestes bien trop encombrantes à terre tandis que mes doigts remontaient le long de son torse, sous ce tee shirt pourpre, à même cette peau chaude et halée. C'était irrationnel, juste ce même besoin de contact, tu sais celui que nous avions autrefois lorsque tu me plaquais contre ces surfaces. Me redressant à demi reprenant un peu mon souffle j'en profitais pour que son tee shirt rejoigne le mien à terre et j'osais poser ma question certain d'avoir offert assez en échange. La personne que tu représentes est elle en danger actuellement au point qu'elle a besoin d'une aide extérieure pour la sauver ?





Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Jeu 16 Jan - 18:27


dream has exceeded reality




Son humanité était fascinante. Son histoire encore plus. Le passé de ses victimes était toujours quelque chose qui intéressait beaucoup le cauchemar qui se penchait dessus avant d’interagir avec sa victime face à face. Puis, il fallait connaître tous les vices et les secrets de sa victime pour savoir où taper, où faire mal. Mais outre cela, son humanité intéressait de près le cauchemar. Car c’était une personne qu’il ne croisait pas beaucoup de fois dans sa vie immortelle. Fidèle et loyal, il aurait été promu chevalier dans un temps ancien s’il possédait un peu plus de muscle. Mais mise à part sa force moindre, il possédait aussi une grande force, pas physique mais psychologique. Et c’était cette force, qui l’avait fait tenir contre toutes ses épreuves qui fascinait le cauchemar qui aurait même pu éprouver un certain respect pour lui. Il aurait pu. Si sa condition lui permettait de ressentir certains sentiments positifs. Il l’observait avec attention, ne pas faire d’erreur à cette instant était le plus important. Car l’humain lui donnait sa confiance à travers son corps. Il s’offrait à lui en comprenant qu’il n’aurait rien sinon en retour. Ou du moins, qu’il n’aurait rien en retour si le cauchemar le lui accordait. Il se laissait faire et un frisson animait le corps du lycan quand ses lèvres plongèrent sur celles du loup. Il y répondit avec envie, se pressant plus contre lui pour accentuer les sensations alors qu’il entrouvait la bouche sous les ordres de sa langue impatiente. Le loup, s’il avait été réellement là se serait tout de suite instaurer comme le dominant, contrôlant le baiser, soumettant l’humain sous lui. Mais pas le cauchemar. Car il obéissait aux envies de l’humain. Et si l’humain avait envie de voir l’Omega soumit à ses désirs, alors il le serait. Un autre grognement roulait dans l’air quand les doigts inquisiteurs de Stiles caressèrent sa peau sous son t-shirt. Ça faisait du bien. Ça le détendait et le motivait en même temps à plus. Docile entre ses mains, il ne bougeait pas, relevant juste les bras par automatisme pour l’aider avec le t-shirt. Une autre question fut posée, obligeant le cauchemar à regarder sa victime. Un sourire énigmatique se collait sur ses lèvres alors qu’il allongeait entièrement d’une poussée l’humain. Ses lèvres effleurèrent celles de Stiles un instant avant de descendre sur sa nuque, mordillant un instant sa peau avant de descendre plus bas encore. Il traça un chemin humide de ses lèvres avant de s’arrêter à ce bas de pyjama. Le lui retirant sans lui demander son avis, un soubresaut agitait son corps avant qu’il ne se colle contre Stiles. Ses poignets semblaient brûlés à vif, comme retenu par des cordes. Son dos semblait grillé, marqué par un grillage. Relevant la tête vers lui, le laissant observer l’état du vrai Derek à travers ce rêve. Son arcade sourcilière était ouverte, sa lèvre fendue et une coupure profonde fraîchement faite parcourait sa joue droite. Le cauchemar se penchait sur le ventre de l’humain, déposant de multiple baiser avant de murmurer contre sa peau la réponse : Il souffre. Il n’y répondait pas directement, préférant laisser l’humain réfléchir et attendait patiemment son dû, sachant que ce beau procédé juste allait prendre fin très rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Sam 18 Jan - 17:20


dream has exceeded reality




Tu sais j'ai pactisé avec le diable, je l'ai fais, pour toi. Je ne me cherche pas d'excuses, aucunes, si c'était à refaire je foncerais de nouveau. Néanmoins je le savais, je le sentais, avec lui tu étais toujours perdant. Il était le maître du jeu, il avait la main mise sur tout, vraiment tout. Alors même si mes intentions demeuraient louables, les siennes non. Après de disait on pas que l'enfer était pavé de bonnes intentions ? Je ne me suis même pas poser la question de savoir si toi tu oserais me rendre la pareille. Franchement je ne savais pas où toi et moi en étions pas plus que je ne savais où le cauchemars allait me mener. C'était un tango endiablé prenant des allures de luxure même l'ombre planait toujours menaçante au dessus de nos deux corps accolés.  Pourtant la peur ne dominait pas, la curiosité elle était présente, l'envie d'avoir cette réponse tout en craignant une réponse. Je le sentais, il me disais la vérité, juste il se jouait des mots tout comme moi. Deviendrais-je comme lui suite à cela, lorsque j'aurais totalement perdu l'esprit ? J’espérais que non, tu sais je préférais encore que tu m'achève que de me laisser dans un pareil car si il y a une chose que je souhaitais c'était que mon entourage conserve une image positive de moi. Que tu conserves cette image de moi tout simplement. J'étais donc soulagé que tu ne voies pas tout ce qui se passait dans cette pièce imaginaire. Un tressaillement parcouru mon corps lorsque ses dents effleurèrent ma nuque, endroit pour le moins sensible. Mais la suite fut encore pire, impossible de demeurer impassible je ne put retenir mes lèvres s'entre ouvrir et mon bassin s'agitait alors que manifestement une partie de mon anatomie semblait prompt à répondre à ces appels de luxure, néanmoins j'avais conservé mes yeux ouverts comme pas prudence, comme un refus d'abandon complet. Retenant mon souffle j'observais la transformation qui avait lieu sous mes yeux et mon souffle se coupait. Les traits se tendirent sous l'imagination de la douleur que tu devais ressentir là bas. Tu étais en danger surement retenu, depuis combien de temps ? Je l'ignorais. Instinctivement même si il n'était que l'image de toi mes doigts tracèrent les sillons laisser par ce qui semblait être un grillage dans ce dos semblable au tien et ma main déviait vers la cicatrice de ta joue l'effleurant alors que mon esprit carburait. La lumière se faisait dans mon esprit et se fut là ou je me perdis. La luxure me happa avec force et violence. Préoccupé par toi j'avais cessé le combat et tel un pantin mon corps semblait prendre part à cette mascarade. Ma bouche couvrant la sienne avec ardeur, plus de parole, je me devais de payer ce dû de gré ou de force. Mes jambes s'enroulaient autour de ta taille, peau contre peau, coeur contre coeur, souffle contre souffle.  Nous transpirions le charnel, on se vautrait avec complaisance dedans. Plus rien n'importait, les circonstances toutes évaporées et avec la même impatience dans un froissement de tissus, il se retrouvait au dessus de moi en simple boxer.





Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Dim 19 Jan - 18:43


dream has exceeded reality




Le monstre, c’était lui. Le maître du jeu, c’était lui. Le gagnant c’était lui. Il était pareil à la description que les mortelles lui donnaient dans leurs écrits, de tout temps. Il était un tout. Il était celui qui donnait et celui qui prenait. Rien ne résistait à sa puissance, tout cédait à son poids. Tout lui revenait de droit dans ce monde qui était le sien. Il avait toutes les cartes en mains et s’en servait parfaitement. Car c’était lui qui avait construit le terrain de jeu. C’était lui qui avait écrit les règles du jeu. C’est lui qui choisissait ses adversaires et procédait toujours le dessus dans la partie. Il choisissait quand le jeu prenait fin, il déclarait que sa victime devait payée ce qu’elle avait pu avoir une poignée de minute. Et c’était maintenant que la partie avec cet humain prenait fin. Il avait bien apprécié les réactions de l’humain face à ses attouchements. Cela lui avait permis de comprendre le lien qui unissait l’humain à ce loup. Du moins, les sentiments de l’humain. Il ne savait pas ce que le loup ressentait pour le mortel. Du moins, il ne le savait pas encore. Le tour du loup-garou allait bientôt être tiré, il viendrait aussi jouer une partie avec le cauchemar pour perdre plus encore. Le cauchemar appréciait aussi que l’humain lui résiste encore un peu. Il ne voulait pas son abandon entier. Il préférait que l’humain soit conscient que tout cela était faux, que tout cela était une comédie dont il était obligé d’être acteur et victime de la scène. Il appréciait le voir garder les yeux ouvert. Il appréciait de voir son corps réagir pour lui, pour sa présence, pour son apparence. Flatté son orgueil était une façon de moins souffrir. Ou de souffrir plus. Les règles changeaient. Seul lui les connaissaient. Seul lui les prenaient en compte et les appliquaient. Docile aux mains de l’humain, il laissait un grognement rouler dans l’air, définissant son plaisir de le voir se donner à sa part de marché. Ce qui poussait le cauchemar à lui prendre ce qui lui avait donné était l’anxiété qu’il pouvait sentir, l’humain comprenant que ce beau procédé de marchandise d’information allait prendre fin. Ses griffes effleurèrent la peau de ses hanches, il continuait à se faire tendre, lui faire prendre confiance. Et puis, lui reprendre sa confiance, sa tendresse en plongeant ses griffes dans sa peau. Il n’attendait que sa victime cri avant de faire descendre ses mains le long de ses jambes. Il mettait sa chair à nue par les sillons que laissaient ses griffes. Tu as vraiment cru qu’il te rendrait les sentiments que tu as tant attendu ? Ses griffes s’enfonçaient encore plus profondément dans sa chair. Tu seras à jamais seul Stiles. Personne ne te rendra ce que tu peines à donner aux autres. Son souffle se fait brûlant, insupportable contre la peau meurtri de ses cuisses alors que ses mains descendent toujours plus doucement. Même ton père va finir par t’abandonné. Tu n’es qu’une épave, un poids pour nous. Combien de temps tu vas te croire indispensable pour nous ? Sa voix était cassante, sans pitié alors que le décor vacillait, s’assombrissant. Car c’est de ta faute s’ils sont en danger. Sans toi, Scott ne serait pas un loup-garou. Sans toi, ton père n’aurait pas été au courant de ce monde que tu désirais garder pour toi, quel égoïste. Une grimace dégoût passe sur ses lèvres avant qu’il ne reprenne son sourire carnassier. Sans toi, ta mère serait encore en vie. Sans toi, Derek serait sauvé. Tu es un handicap pour eux, leur bourreau. Le grognement se mêle à sa voix alors qu’il enfonce plus que cela n’est possible ses griffes dans sa peau, cassant au passage certains os trop résistant. Quand vas-tu comprendre que sans toi, la vie serait bien mieux ? Ses mains arrivaient aux chevilles de l’humain alors qu’un courant d’air se faisait ressentir, renversant dans un brouhaha affreux toutes les affaires. Ses iris flashèrent dans un rouge sang alors qu’il se mit à crier le prénom de sa victime : Quand comprendras-tu Stiles ? STILES ! Et il continuait à crier son prénom comme une litanie. Puis lentement, le paysage se floutait, l’apparition devint moins fluide, plus loin. Mais toujours, ce prénom crier. Et à l’entendre avec plus d’attention, ce n’était pas la même voix … Quelqu’un d’autre. Quelqu’un d’autre qui tenait à toi. Quelqu’un qui a toujours été là pour toi. Qui faisait des nuits blanches pour toi, prêt à accourir dès que moi, je venais te détruire. Ton père était avec toi, pour toujours, te serrant contre lui alors que tu criais, toujours plus fort pour m’échapper, pour ne pas écouter la vérité que je te soufflais. Quand comprendras-tu ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 152
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 6
LEVEL : Master
Groupe:
Envoyer un MP

Red Moon
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   Lun 20 Jan - 9:05

CAUCHEMAR TERMINE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://red-moon.forumactif.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: peace hasn't place in the darkness Ψ sterek   

Revenir en haut Aller en bas
 
peace hasn't place in the darkness Ψ sterek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Castlevania: Legacy of Darkness - N64 - 1999
» Castlevania Curse of darkness
» Cartoon Network à la place de TCM
» Les Sorciers de Waverly place la serie
» [RESOLU]Les app ne se déplace pas entièrement sur ma SD CARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RED MOON • rpg tw :: Derek-
Sauter vers: