AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures ici ! 32
L'EVENT Part 2 est ouvert ! ici ! ♥️
Pour toutes inscriptions sous le groupe druide ou banshee, un pack de 40 points rp vous sera offert ♥️

Partagez | 
 

 avec pour seul témoin la pleine lune. ψ sterek [explicit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: avec pour seul témoin la pleine lune. ψ sterek [explicit]   Sam 1 Fév - 18:06





« Juste te faire comprendre que tu es le plus important. Je t'aimerais jusqu'à ma déchéance. Juste une fois laisse toi céder par cette attirance. Pour moi, goûte à ce plaisir qui nous consume jusqu'à la jouissance. »


Peu de temps après mon alternation avec toi, je m’étais enfermé dans ma chambre pour ne plus y sortir. J’avais besoin de réfléchir et de me reposer par la même occasion. Et au final, même Cora n’avait pas eu le droit d’entrer dans ma chambre. Le silence me permettait de réfléchir alors que la solitude m’inquiétais, me plongeais dans mes souvenirs les plus douloureux. Mais je m’obligeais à rester dans cette condition pour pouvoir réfléchir et ainsi trouver une solution à tout cela. C’était tellement inattendu, tellement irréel. Je me demandais encore si cela s’était réellement passé. Ou si je l’avais simplement rêvé. Mon esprit, sous les tortures, avait déjà offert des illusions des plus réelles et des plus douloureuses. Et ça aurait été tellement facile si cela n’avait été que des illusions. Sauf que je ressentais encore la chaleur de tes lèvres contre les miennes. Cela aurait des plus faciles à oublier, même si j’aurais eu mal. Mais souffrir je connaissais. Je n’étais plus étranger à la douleur. Je la connaissais. Je côtoyais souvent la mort, refusant cependant de succomber à ses beaux airs. Mais avec toi, je ne savais plus quoi penser. Devais-je succomber ou juste oublier ? Ou juste me dire que ce n’était qu’une erreur, qu’une mauvaise interprétation ?  Je n’en savais rien. Pour une fois, je ne trouvais pas la réponse. Tu ne pouvais pas m’aider ? Toi qui trouvais toujours tout. Trouve la raison pour laquelle mon cœur me fait mal depuis l’instant où tu es parti.

Sans m’en rendre compte, les jours s’étaient écoulés et en cette soirée chaleureuse, la lune, ronde, s’épanouissait dans le ciel dégagé de tout nuage, de toutes étoiles. Avec toutes ces questions que tu me posais, tous ces problèmes qui me tombais dessus, je n’avais même pas vu le cycle lunaire continuer à s’écouler. Piégé dans mon ancienne demeure que j’avais abandonnée, je regardais de ma fenêtre la lune, belle, accueillante m’offrir quelques instants de bonheur. Et puis je réfléchissais à ce que j’allais faire pour surmonter cette nuit. La pleine lune précédant, je n’avais pas eu de problème, la colère qu’avaient engendrée les événements avait fait passer ce besoin primaire qui devenait insoutenable à tenir les soirs de pleines lunes. Je n’avais nul envie de payer pour m’aider à faire sortir ce besoin qui brûlait déjà mes reins, me rappelant avec violence l’instant. Comprenant que ma seule compagne serait simplement ma main, je soupirais un instant avant de retirer mon pantalon et mon t-shirt, me retrouvant simplement en boxer, autant éviter d’abîmer mes vêtements. M’allongeant sur mon ancien lit qui protestait d’un grincement à mon arrivé, je fermais les yeux, attendant seulement que je sois-je en état de manque le plus primaire pour ne pas avoir à supporter cela toute la nuit. Même si je savais que je n’avais pas le droit d’échapper à ce que provoquait l’influence de la lune sur mon organisme. Mes doigts, à peine effleurant le tissu de mon sous vêtement que mes muscles se crispèrent et qu’un soupire me fut retiré de force de la gorge. Mon corps se cambrait aussitôt, à la recherche de plus de contact alors que tous mes sens étaient concentré sur le plaisir que procurait le simple frottement de ma main sur le tissu. Rapidement, s’en fut douloureux et je comprenais que j’allais devoir prendre le problème en main, sans jeu de mot.