AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures ici ! 32
L'EVENT Part 2 est ouvert ! ici ! ♥️
Pour toutes inscriptions sous le groupe druide ou banshee, un pack de 40 points rp vous sera offert ♥️

Partagez | 
 

 la vérité souffler dans mes grognements. ψ sterek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: la vérité souffler dans mes grognements. ψ sterek    Jeu 13 Fév - 20:41






C’était étrange. Je ne me sentais plus. J’avais l’impression d’être ailleurs, d’être au-dessus de tout ça. D’être à l’extérieur de mon corps. Je ne contrôlais rien. J’en avais perdu le droit. Je subissais juste, voyons mon corps devenir le jouet du loup. Du moins, il en profitait. Surtout qu’il semblait plus excité qu’à l’habitude. Avide de sensation. Mais aussi avide de chair fraiche. Je sentais mes narines frémirent lorsqu’une odeur bien particulière vint les titiller. Ton odeur. Non … Je me débattais brusquement. Cherchant par tous les moyens à retrouver le contrôle sur cette réalité. Je ne voulais pas ! Pourquoi il ne voulait pas respecter ma décision ? Prenant la direction de cette odeur si alléchante et si enivrante, il ne semblait pas du tout réagir à toutes mes tentatives. Pourquoi je ne pouvais pas reprendre le dessus ? Son grognement fut un ordre pour m’ordonner le silence. Ce que je fis, sans comprendre. Il allait … Je ne pouvais pas, je ne voulais pas savoir, comprendre. Il voulait tant revoir mon compagnon, notre compagnon. Il en avait besoin pour vivre comme moi j’en avais besoin. Et je savais que nous n’avions pas toutes les mêmes envies à son propos. C’était bien le seul sujet sur lequel nous n’étions pas d’accord. Mais je ne voulais pas qu’il aille te voir. Pas après ce que j’avais fait, ce que j’avais dit. Je voulais que tu me déteste. Et tes mots, ton regard, ton cœur, m’avaient fait comprendre que j’avais réussis. J’avais réussis à te perdre. Mon loup serrait les poings à mes pensées, grognant une nouvelle fois pour m’ordonner de me taire. Il n’avait pas été d’accord avec tout cela. Il n’avait eu aucune envie de rejeter son compagnon et me l’avait fait comprendre, et me le faisait comprendre. La maison des Stilinski, ta maison devant nous, semblait m’appeler, semblait nous appeler. Il prit la direction de la porte avant de se raviser, prenant son élan pour monter par la fenêtre. C’était une habitude qu’il appréciait particulièrement. Le nez en l’air, il reniflait l’air avant de se mettre à sourire. Un sourire qui n’avait rien de gentil, carnassier et espiègle. Restant à côté du lit, sachant que tu étais dans les parages, il se mit à grogner, lourdement, profondément, t’attendant en balayant de son regard d’un bleu toujours aussi vif ta chambre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: la vérité souffler dans mes grognements. ψ sterek    Jeu 13 Fév - 22:24






La chute avait été longue et douloureuse. Mon corps avait réagit en conséquence. Saviez vous que le mental pouvait être la plus grande force de l'homme mais aussi sa faiblesse ? La médecine étudiait l'effet du psychologique sur le corps, à l'instar par exemple des placebo. Je m'étais au final senti tellement mal et brisé psychologiquement, que la fièvre, la fatigue et l'absence de faim m'avais terrassé. Je me souviens être rentré en mode pilote automatique. J'avais été comme un spectateur extérieur, j'avais garé la Jeep et j'étais rentré claquant la porte avant de me réfugier dans ma chambre. En vu de l'absence de réponse mon père avait rappliqué et c'était porté garant pour moi auprès du lycée. Les cauchemars je les avaient enchaînés, mon esprit ne m'avais laissé aucun répit. Un bruit, une odeur, un mot et déjà les souvenirs resurgissaient. Ils étaient ma peine, mon fardeau, ma croix. Je les traînaient derrière moi comme un boulet invisible. Aussi respectueux que soit mon paternel envers moi, au bout du troisième jours j'avais reçu des menaces. Nourriture ou hôpital ? Généralement je me contentais de peu, assez pour le satisfaire et assez peu pour ne pas que je rejette tout. En échange de ma promesse de me restaurer, ce dernier était parti au travail ne pouvant pas en louper davantage.

Exceptionnellement je m'étais levé de mon lit me traînant vers la douche, j'étais parvenu à manger quelque chose de plus consistant. Peu à peu je reprenais le contrôle. La douleur était toujours là, béante dans ma poitrine mais mon instinct de survie prenait le dessus. J'avais retrouvé un peu de force. Attrapant des vêtements plus propres je m'étais dirigé jusqu'à ma douche. Le jet sur ma peau m'avais électrisé, j'étais comme éveillé. Ceci avait suffit à me sortir de ma léthargie et aussi vigoureusement que possible je frottais ma peau avec l'énergie du désespoir. Comme si je souhaitais effacer tous ces jours passés, surtout celui ci. Sentant l'absence d'eau chaude je m'enjoignais à sortir de l'espace clos et rassurant de la douche. Attrapant un boxer je l'enfilais ainsi qu'un bas. C'est à cet instant que je l'entendais, lui. Son grognement reconnaissable entre tous. Comment osait-il ? Néanmoins je ne comprenais pas, la pleine lune ce n'était pas cette nuit mais dans deux jours. Un pas, puis deux, c'était mécanique et je me retrouvais sur le seuil de la porte de ma salle de bain annexe à ma chambre. Mon regard sombre rencontrait le tien vif, naturellement mes doigts vinrent trouver le contact rassurant de la batte en aluminium. Si il y avait un achat que je ne regrettais pas c'était lui. Un geste qui démontrait toute l'hostilité que j'avais envers toi. Je t'avais promis un accueil mémorable, tu l'aurais : Sors de cette maison, maintenant ! SORS !




Il suffirait juste de deux mots et pourtant...

(c)GREY WIND.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: Re: la vérité souffler dans mes grognements. ψ sterek    Ven 14 Fév - 6:53






Malgré le fait que je n’avais pas le droit d’être ici, malgré le fait que je savais que tu ne voulais pas de moi ici, me retrouver, juste quelques infimes instants en ces lieux, en cette pièce où tu passais la plupart de ton temps me faisait du bien. Car je reprenais des forces, enregistrant chaque détail alors que j’étais le spectateur de notre histoire. J’aurais voulu emmené un souvenir avec moi, un souvenir qui pourrait me rappeler qui tu étais et ce que tu représentais pour moi. Certes, cela serait douloureux de chaque jour, m’en rappeler mais j’en avais besoin. Pour continuer de vivre, pour continuer de survive, de me dire que tu étais en vie et heureux loin de moi. Mais je savais bien ce que cela en coûtait de te rejeter que tu me rejettes en retour. Je savais les conséquences de cela, pour moi. Mais cela serait le prix que j’acceptais d’avoir contre ton bonheur. Tout ce qui comptait pour moi était ton simple bonheur. Et s’il était avec quelqu’un d’autre, ce qu’il serait, j’en étais sûr, je l’accepterais, dans la douleur la plus profonde mais je l’accepterais. Tu aurais mal au début, tu avais mal, je le sentais, ton cœur qui essayait de battre alors qu’il n’existait plus. Mais tu verras, la douleur partira. Tu seras heureux, c’est la seule promesse que je pouvais te faire. Tes mots sont blessants mais juste. Je les acceptais. Mais pas mon loup. Il grognait. Non pas contre toi mais contre moi. Car il n’avait jamais voulu ça. Car il aurait voulu te marquer comme sien dès le début. Et je savais qu’il voulait le faire mais que ton geste vers ton arme de défense l’en avait arrêté. Il avait compris que tu étais en colère contre nous, contre moi. Alors, au lieu de te menacer comme je l’aurais fait, pour me protéger, il se mit à couiner, doucement. Le son était étrange dans ma gorge mais avait son sens. Il voulait que tu comprennes qu’il n’était pas moi, qu’il ne voulait pas de tout ça. Il voulait ton contact non pas avec une batte mais avec nos deux corps. Alors il s’approchait de toi, faisant seulement deux pas en ta direction, te montrant qu’il ne partirait pas, à défaut d’avoir mes mots. Et puis, il se mit à former des lettres avec sa bouche, à murmurer de sa voix animale quelque chose, un mot, ton prénom. Sti … Stiles … Sa voix, bien different que la mienne fut étrange. Car le loup ne parlait pas à son habitude. Il ne faisait que grogner. Pourtant, pour toi, il avait appris, il avait appris ton prénom, sa prononciation, son son. Et lorsqu’il fut content de la consonance identique à celle qui correspondait à ton prénom, il relevait la tête vers toi, espérant que tu comprennes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: la vérité souffler dans mes grognements. ψ sterek    Sam 15 Fév - 11:55