AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures ici ! 32
L'EVENT Part 2 est ouvert ! ici ! ♥️
Pour toutes inscriptions sous le groupe druide ou banshee, un pack de 40 points rp vous sera offert ♥️

Partagez | 
 

 push events to happen, just with a kick. (kurama) - pnj derek.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Groupe: Invité
Envoyer un MP

Invité
MessageSujet: push events to happen, just with a kick. (kurama) - pnj derek.   Sam 21 Juin - 14:22




Push events to happen, just with a kick.
feat kurama & kyubi

les frères ont été faits pour se détester. simplement ne jamais se parler. car ils n’étaient pas faits pour être frères. deux êtres qui ensemble deviennent aussi dangereux que le nucléaire. accélérer pour se retrouver. les frères, ils ne sont pas frères. mais lui, c’est mon frère et même s’il ne l’est pas, j’ai bien l’intention de le libérer.
-----------------------

Stupide humanité. Ils étaient si pitoyables à tes pieds. Tellement pitoyable, tellement peu intéressant. Les créatures surnaturelles t'intéressaient plus que de simples mortels. Ils avaient plus de capacités, plus de choses à découvrir, à explorer. Qu'est-ce tu donnerais pour monter un loup-garou sous sa forme animale ? Une vie sans doute. Insignifiante pour toi, tellement importante pour eux. C'était une bonne monnaie d'échange. Surtout si tu étais gagnant au final. Tu aimais prendre du plaisir dans la souffrance des autres, cela était connu. Tu aimais laisser aller ton corps à la jouissance sous les cris de souffrance de tes victimes. Et le voilà, ta nouvelle victime. Endormis, ignorant qu'une créature diabolique se pourfendait du spectacle de la luxure même qu'il lui offrait. Il n’y avait aucun ennemi, aucune barrière qui t’empêchait d’avoir accès à ta victime. Alors tu entrais par la fenêtre entrouverte, te glissant à l’intérieur, entrant dans sa chambre, dans la tanière du loup, tu pouvais même dire. Rigolant intérieurement, tu t’approchais de cet être, vérifiant rapidement si tu ne t’étais pas trompé de cible, cela serait fort embêtant mais pas réellement dérangeant. Tu avais envie de t’amuser avec cet être aux courbes si attrayantes. Sans un mot, tu te glissais sous ses draps. Avant qu’il n’ouvre ses yeux, tu avais déjà mise en place ta réalité. Il ne te voyait pas toi.

Il voyait Stiles. Tu souriais, carnassier et l’observais réaliser ce qu’il avait sous les yeux. Ses mains vinrent encadrer ton visage et c’est d’une voix faible et roque qu’il dit « Stiles … mon amour … Je t’aime tellement … » Minable. Pitoyable. Comment ton frère pouvait-il aimer ça ? Certes, sur un plan physique, il n’avait rien à envier. Mais émotionnellement et psychologiquement, tu voyais sans mal l’être compliqué et torturé qu’il était. Et enfin tu compris lorsque tu posais l’une de tes mains sur son torse au niveau de son cœur. La douleur. Tellement présente. Il devait se régaler. Tu te penchais sur lui, profitant du goût de ses lèvres un instant avant de sortir de ta poche une petite bouteille à l’allure métallique. Tu y avais fait une mixture spécialement pour lui. Lui ouvrant la bouche de ton index, tu glissais le liquide dans sa gorge, caressant sa joue pour le motiver à continuer. Comme on le ferait à un enfant. Il tentait de parler mais tu rajoutais plus de contenu pour qu’il se taise. La niaiserie, ce n’était pas pour toi. Tu préférais qu’on te crache à la figure, qu’on t’insulte, c’était tellement plus mélodieux à tes oreilles. Tu lui fis alors boire plus que convenu, finissant ta bouteille avant de la ranger. Un baiser sur ses lèvres pour conclure et tu te levais pour partir. Ce n’était sans compter sa main qui vient t’empêcher de partir. Tu tournais ton regard neutre vers lui, l’observant déjà divagué dans des délires que seule sa conscience en était capable. « M’abandonne pas … »Tu levais les yeux au ciel et le fis lâcher ton bras sèchement. Aucun contact avec ce truc. Il puait trop la souffrance pour que tu y trouves ta place.

Tu étais sûr d’être capable de faire une overdose si tu émettais l’envie de prendre sa souffrance. « Habilles toi, nous sortons. Sois présentable. » Ta voix était froide mais il obéit. Son regard brillant d’espoir. Tant qu’il voyait son compagnon, le reste n’existait pas. Il s’habillait alors que tu attendais prêt de la fenêtre, un air nonchalant sur le visage. Il ne pouvait pas un peu se dépêcher ? Tu n’avais pas toute ta vie. C’était vraiment parce que tu avais envie de voir ton frère que tu faisais tout ça. Sinon, tu aurais simplement tué ce loup-garou pour apporter son cadavre. Mais tu savais que ce loup serait plus utile vivant. Tu hésitais un instant à prendre la belle voiture qui était garée à l’entrée mais elle ferait trop de bruit. Alors tu décidais d’y aller à pied, le loup te suivant de près, t’observant comme s’il n’y croyait pas. Stupide loup. Il pensait sans doute que tu étais son humain pas si humain que ça. C’est lorsque le loup te prit la main que tu te retenu de lui enfoncer ta façon de penser dans la mâchoire. Reprenant possession de ta main, tu déclarais, tes yeux devenant blanchâtre : « Touche moi encore une fois sans ma permission, et tu connaîtras ce que veut dire souffrir réellement. » Et ce loup, ce ‘Derek’ hochait simplement la tête, totalement drogué, totalement ailleurs. Tu n’avais même pas envie de savoir à quoi il pensait. Et vu la chaleur qu’il émettait, ses pensées n’étaient pas toutes pures. Le faisant entrer dans l’hôpital, tu le pressais dans les couloirs pour pouvoir l’enfermer dans une chambre bien précise.

Tu pouvais remercier ce cher loup, ancien Alpha aux beaux abdos. Et tu ne pensais nullement à cet Hale mais à Ethan, fidèle informateur qui t’avait fournis tout ce que tu avais besoin pour mettre en place tes retrouvailles. Après avoir ordonné que personne ne devaient aller dans la chambre sauf un certain Genim, tu revenais vers le loup drogué. « A genoux, devant moi. » Aussitôt, il se laissait tomber à genoux devant toi. Et dès qu’il te prit la main, tu abatis le premier coup sur son visage. La mixture que tu lui avais fait digérer possédait de l’aconit qui devrait largement faire ralentir son système de guérison. Et puis, sans retenu, tu le frappais. Dès qu’il tentait de dire un mot, tu lui clouais la bouche d’un coup. Tu sentis une côte se casser sous ton coup de pied, t’arrachant un soupire de plaisir. Sans t’arrêter un instant, c’est quand il demanda pourquoi à ce cher Stiles que tu repris ton apparence normal pour son regard, retirant le voile de ton illusion. Bientôt, tu te servis des outils à disposition pour le blesser plus profondément, fatigué d’utiliser tes poings. Satisfait de ton travail, tu lui pris son téléphone pour prendre une photo de la moitié de son visage, visant celle la moins amochée pour qu’il puisse la reconnaître. Et puis tu envoyais cette photo au contact voulu avec en dessous, un message clair : « Chambre A215. » Sans rien de plus.

La chambre n’avait pas été prise au hasard, elle avait été la dernière chambre d’une certaine personne, Claudia Stilinski.
Assit sur le lit, tu caressais d’un air discret les cheveux de Derek, à tes pieds, l’esprit ailleurs. Tu attendais, patiemment.
Tu étais si pressé de le revoir.
Ah, kuru, il t’a manqué, ton frère chéri. Tu espérais que l’accueil lui plaise.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MORSURES : 611
A BH DEPUIS LE : 19/09/2013
POINTS RP : 101
Groupe:
Envoyer un MP

Stiles Stilinski
MessageSujet: Re: push events to happen, just with a kick. (kurama) - pnj derek.   Lun 30 Juin - 16:01



Don't play with me...



« Regarde à travers l'ombre, regarde à travers le masque. Tu découvrirais un être fait de ténèbres et de douleur, mais est-ce moi le nogitsune ou est-ce lui l'humain ? Pas si différent dans le fond, juste un peu plus semblable chaque jour.  »